Dans la section :TEXTES DE SAGESSE

Homélie de circonstance ! 25 octobre 1009

À la synagogue de Nazareth un certain jour du Sabbat,  Jésus venait de proclamer un texte du prophète Isaïe....Alors il commença  à  dire à l’assemblée: “Aujourd’hui, cette Écriture est accomplie pour vous qui l’entendez.”

Voir Album-photos : La célébration eucharistique

Françoise McNicoll, fdls, donne l'homélie

Quel ne serait pas notre étonnement si, en ce moment-même, une voix s’élevait du milieu de notre  assemblée pour clamer:
AUJOURD’HUI, 25 OCTOBRE 2009,  CETTE ÉCRITURE DU PROPHÈTE JÉRÉMIE, ET DE  L’ÉVANGÉLISTE MARC, EST ACCOMPLIE POUR VOUS QUI L’ENTENDEZ...Cette ÉCRITURE EST ACCOMPLIE PAR VOUS QUI LA FAITE ADVENIR DANS NOTRE MONDE...

N’est-ce pas l’invitation qui nous est faite, chaque fois qu’est proclamée la Parole ?  Invitation à  prendre conscience que cette Parole  s’incarne ici et maintenant, pour nous et par nous... dans toutes les situations de notre réalité quotidienne, -dans la réalité de nos 7 chères soeurs Jubilaires, comme dans celle de chaque personne ici présente...

Ce matin,la Parole de Jérémie veut s’accomplir pour nous, qui l’entendons. C’est une Parole qui déborde d’un enthousiasme presque exagéré:
Poussez des cris de joie, dit le prophète.
Réservez au peuple de Dieu
un accueil délirant!
Faites résonner vos louanges...
Criez tous!

- Et pourquoi?
- Parce que du fond de leur captivité, les exilés ont crié vers le Seigneur, et Il a entendu leurs appels.Je vais les ramener chez eux, déclare-t-il.
De quelques conditions qu’ils soient: prisonniers, aveugles, boiteux, exclus de toutes sortes, je les sauve, je les guéris...je les fais vivre pleinement dans leur propre communauté!

Oui! Le Seigneur a fait les choses en grand pour nous, reprend le psaume 125.  Revenir à Jérusalem...c’est comme un rêve! Pourtant nous ne dormons pas!  Nous montons vraiment vers Sion en chantant, en riant, en criant. De fait, nous sommes ivres de joie!  Les ps.120-134 sont intitulés  Psaumes des Montées. 

En chacune de ces prières, les expressions de joie sont les mêmes qu’en notre ps. 125.  Ainsi le ps. 121: “Ô ma joie quand on m’a dit: allons vers la maison du Seigneur.” Et le ps. 123: Si le Seigneur n’avait été en notre faveur, que serions-nous devenus? Le piège s’est déchiré!  Nous sommes libres!”

Françoise McNicoll, fdls, donne l'homélie

Des rassemblements joyeux, nous en avons tous et toutes fait l’expérience, un jour ou l’autre. Les personnes qui ont vécu le 50e de la Mission de Papouasie, en juin dernier, par exemple.  Les participants-participantes de la célébration à St-Côme, il y a 3 semaines... Les témoins de la béatification de Marie-Louise en 1993... Les franco-ontariens au ralliement pour  l’hôpital Montfort, un certain 22 mars 1997... En général, notre tempérament nord-américain  n’a pas la réputation d’extrême exhubérance. Il faut voyager plus au sud pour celà!  Mais nous pouvons certainement nous laisser aller à la fête: à preuve,  les agapes de dimanche soir dernier avec les soeurs du C. de Cong. L’entrée joyeuse des Jubilaires tantôt... cette célébration...toute la journée, d’ailleurs.  Mais crier de joie ?... Délirer d’allégresse?... Être ivres de bonheur? N’est-ce pas un peu exagéré?

Ceux et celles qui ont fait l’expérience d’être libérés de captivité - Mme Ingrid Bétancour en Colombie, par ex. - ou encore, d’émerger d’une grande tristesse, d’un grand malheur, d’une situation intolérable apparemment sans issue, ceux-là peuvent communier pleinement au débordement de joie du peuple de Dieu.  À ce niveau,  il est facile de croire que chacun et chacune peut reconnaître un chapitre de son histoire personnelle et communautaire dans l’expérience d’Israël...  De plus, quelle joie si nous avons pu servir la libération d’une personne de ce qui la retenait prisonnière!....Alors, nous avons sûrement chanté avec le psalmiste: Quelle merveille le Seigneur fit pour nous: réjouissons-nous! Vivons  en grande fête!  Voilà comment peut s’accomplir aujourd’hui, la 1ère Parole de la liturgie de ce dimanche: avancer au quotidien  dans la certitude que, peu importe les situations, nous montons ensemble  vers la Maison de paix, en peuple libéré... Dans la certitude aussi, que nos moindres gestes  servent réellement la libération de  nos compagnons et compagnes de route...

L’évangile de Marc  s’accomplit également pour nous. Voici  Jésus de Nazareth, qui monte vers Jérusalem -comme jadis, le Peuple de Dieu. De fait, Jésus monte à Jérusalem depuis...son baptême par Jean.  Le chapitre 10 que nous lisons depuis quelques dimanches  en signale les dernières étapes: départ de Capharnaüm en Galilée vers la Judée (4 oct.); puis Jésus se remet en route: rencontre avec le jeune homme riche (11 oct); en chemin, annonce de la passion et discussion avec les disciples (18 oct.); aujourd’hui,(25 oct), Jésus et ses disciples  sortent de Jéricho..où ils rencontrent Bartimée...Au dernier verset le mendiant guéri suit Jésus sur le chemin...Enfin, le 1er verset du ch.11 nous informe: “Ils approchent de Jérusalem”...et ce sera  l’entrée triomphale du Messie,dans la cité sainte.

Dans le texte de Marc, Jésus ouvre la route...s’engage le premier dans la montée, devant les disciple...devant la foule...et Il sait exactement où le conduisent ses pas... Pas de grands cris de joie, ni délire, ni  louanges qui résonnent...Le seul cri entendu est le cri plein de confiance d’un aveugle condamné à mendier parce qu’exclus de la communauté: “Fils de David, aie pitié de moi!  Toi, le Messie qui libère, aie pitié de moi!” (Sauve ton peuple, criait Israël.)  Autrefois comme en cette circonstance, le Seigneur entend. Appelez-le, dit Jésus.  Appelez cette personne captive de sa cécité, de sa  mendicité. “Confiance, disent-les gens. Mets-toi debout! Il t’a  entendu  crier au bord du chemin...Il t’appelle.”  Et voilà les premiers pas de la danse de la vie: Bartimée se lève d’un bond et vient vers Jésus.  “Que veux-tu que je fasse pour toi?” “Maître, que je retrouve la vue!” Que mes yeux soient libres pour voir...Que je quitte le bord du chemin pour m’engager sur la route avec les autres, les guéris, les vivants! Va, dit Jésus, ta foi t’a sauvé...Tu es guéri! Tu es libre!  Aussitôt, Bartimée retrouve la vue et, sans plus attendre, s’engage à la suite de Jésus dans sa propre montée vers Jérusalem... L’évangile ne dit pas si  notre frère a entonné le ps. 125 ou les autres  psaumes des montées...On peut supposer que lui aussi se sentait “comme en rêve”!

Les cris de Bartimée ne trouvent-ils pas un écho dans tous les appels au secours que nous avons lancé au Seigneur durant notre vie?  Que nous lançons chaque jour ? Et Jésus de nous demander: “Très chère, que veux tu que je fasse pour toi? “ Ce que Hélène, Claudette, Anizette, Rachel, Aline, Odette, ont répondu depuis 50 ans, et  Anne-Marie  depuis 25 ans est certes le secret du roi...Cependant, je ne serais pas surprise que leur réponse ressemble aux paroles d’une hymne de la Liturgie des Heures:

Seigneur, ouvre mes yeux à ton Amour merveilleux dans ma vie
              ouvre mes yeux à la beauté du monde, à ton visage dans l’autre
              ouvre mes mains à la générosité des tiennes
Seigneur, fais que je monte avec toi le chemin vers l’extrême Amour
              fais que j’entende,  les cris de mes soeurs et de mes frères
              fais que je leur offre en ton nom compassion et joie de vivre
Seigneur, affermis ma confiance en toi quand la route est trop ardue

Ô Seigneur, mon grand Amour, fais que je marche avec toi!

Chacun et chacune de nous peut facilement adapter cette prière à sa vie...

Aujourd’hui 25 oct. 2009, la Parole de Dieu s’accomplit vraiment pour nous qui l’avons entendue. Nous voici donc, peuple engagé dans sa marche quotidienne, peuple joyeux,  libéré, libérateur: Église de Dieu, Cong. de la Sagesse, Famille Montfortaine,Jubilaires 2009... Nous voici,  malades guéris,  exclus ramenés à la maison...attentifs et attentives à tous les Bartimées de l’ humanité blessée rencontrés en chemin. Oui, la Parole s’accomplit ce matin, et Jésus le Christ  nous entraîne avec Lui vers la Jérusalem de Paix, notre Maison définitive. C’est pourquoi  nous sommes réellement “ivres de joie” au  Banquet de l’Amour et nos lèvres sont vraiment “pleines de chansons” !   Seigneur, “ À toi mes hymnes, mes poèmes, ma musique” ...AMEN!

Françoise McNicoll, fdls
25 octobre 2009

Autreas articles: TEXTES DE SAGESSE
KYRIE KYRIE ELEISON Taizé
DONA NOBIS PACEM
POUR LA PREMIÈRE FOIS
JESU REDEMPTOR
UNE PRIÈRE CHANTÉE !
PROCLAMEZ
LES MERVEILLES DE DIEU
Alors que NOËL approche...
Nous t'espérons SEIGNEUR !
JÉSUS, MON ROI
VOEUX DE PÂQUES
Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |