MILLE ET UNE FOIS !

 

JE TE SALUE, MARIE
FILLE DE VILLAGE SANS NOBLESSE
LE SEIGNEUR EST AVEC TOI
TU CONÇUS ET ENFANTAS
UN FILS DANS L'OMBRE 
PARMI LES REGARDS ET LES DOUTES
MAIS TU LUl DONNAS TA JOIE
TU ÉLEVAS UN FILS
DANS UN FOYER PETIT ET HUMBLE
MAIS TU LUI OUVRIS LE CŒUR GRAND
TU AVAIS UN FILS POUR TE GARDER
DANS TES VIEUX JOURS
MAIS TU LE LAISSAS PARTIR LOIN
Tu VIS GRANDIR UN FILS
DANS L'ESTIME DE SON PEUPLE
MAIS TU VOYAIS SE DESSINER
POUR LUl LA CROIX
IL MOURUT TON FILS
TROP JEUNE TROP MAL
MAIS IL TE FUT REDONNÉ
EN NOUS TOUS ET TOUTES
ENCORE MILLE ET UNE FOIS !

Rodolfo Felices Luna,
bibliste, Hâvre-aux-Maisons

PARABOLE. mai - juin 2001