Le financement d'une école en Haïti


Pays de la Loire

Yves Cougnaud va financer une école en Haïti

mardi 23 février 2010

 

L'entreprise qui porte son nom est leader en construction de bâtiments modulaires. Yves Cougnaud répète les actes généreux : là, il devient mécène pour une école à Port-au-Prince.

 Un appel à « Saint-Gab » L'idée, cette fois-ci, lui vient notamment de la lecture d'un article de presse dans Ouest-France, au sujet du frère Michel Bernard de la congrégation Saint-Gabriel (institution installée à Saint-Laurent-sur-Sèvre), enseignant à Port-au-Prince, sorti sain et sauf du tremblement de terre. Le frère Michel Bernard, un « Genôt (habitant du Poiré) un peu plus âgé que moi : on fréquentait la même école, on habitait le même quartier. »

Yves Cougnaud prend alors son téléphone, appelle « Saint-Gab ». On lui dit que la congrégation n'a pas souffert de destructions à Haïti. Ce n'est pas le cas de la communauté des soeurs de la Sagesse : l'institution du Sacré-Coeur de Turgeau, où la congrégation accueille 1 502 écolières, est détruite. Yves Cougnaud veut mettre sa pierre pour la seconde vie de l'édifice.

« La priorité à Haïti, c'est de renvoyer les enfants vers les écoles. » Le patron mécène vendéen va sur place à Port-au-Prince, passe trois jours dans les décombres, multiplie les contacts. 

Et maintenant ? Son référent sur place lui a envoyé des plans. Lui, il va sortir son carnet de chèques et commander à ses fils la construction de 60 à 70 modulaires et leur envoi vers Haïti : de quoi créer un espace scolaire de 1 000 m2, l'équivalent de quinze classes. 

« Maintenant, c'est la logistique qui déterminera le temps que cela prendra. Vu que 80 % des modules sont déjà montés en usine, je pense que d'ici quatre-cinq mois nous serons les premiers à offrir de nouvelles classes à Haïti. »

Frondeur, fonceur, humaniste, Yves Cougnaud. C'est dans les gènes de l'ancien artisan forgeron : en 35 ans, son entreprise est passée de trois à 1 100 salariés, dirigés aujourd'hui par ses fils.
  

Loïc TISSOT.

 

Source »