Présentation de S. Rita Veillette, Fille de la Sagesse

Il peut être doux de mourir, nous dit un auteur spirituel, lorsqu’on a nommé et reconnu l’héritage qu’on laisse derrière nous …

Nous pouvons croire que S. Rita Veillette (Lucille de L’Assomption) qui vient de nous quitter, a finalement baissé les bras en disant à la Sagesse : «Ça y est ! Viens, Sagesse,  me cueillir;  je vois bien que l’infini de mon horizon, je ne le trouverai qu’en toi !»

S. Rita, en effet, ne connaissait pas les demi-mesures … Elle a pris le temps, dans le long silence contemplatif qui a caractérisé ses dernières années, de soupeser avec la Sagesse et Marie-Louise de Jésus qu’elle affectionnait particulièrement, ce qu’elle nous léguait …

À son insu, pour une bonne part, elle a été, comme dit le poète, le «cri qui donne sens au silence de Dieu dans l’univers.» (José Saramago) Et cela dans une grande fidélité à elle-même et une liberté remarquable.


Rita a été épiphanie, révélation de la Sagesse créatrice …

Révélation de la Sagesse : par son amour profond et son immense révérence pour tout le créé, particulièrement pour la beauté et l’intégrité de la nature et pour les jeunes (enfants et adolescents). Le projet éducatif qu’elle a porté, comme une mère porte un enfant, a été le lieu privilégié où la vie se devait, pour elle, d’être déployée à son maximum et à son meilleur.

Révélation de la Sagesse aussi, Rita l’a été, par son sens de l’émerveillement, cet amour du Beau qui naît d’un sens aigu du sacré et qui donne le goût de vivre. Les arts en général la fascinaient. Elle a favorisé, autant dans les deux écoles qu’elle a dirigées qu’au «Village des Jeunes» qu’elle a fondé, mille et une activités qui développaient chez les jeunes cette ouverture à la Beauté sous toutes ses formes. La culture avait pour elle toute son importance.

Comme femme de vision, audacieuse et déterminée … à la manière de toute fondatrice, Rita a révélé la Sagesse créatrice. Elle surprenait souvent par ses innovations mais elle avançait sans crainte de ce qui aurait pu l’ébranler.



Comme la Sagesse et comme Marie-Louise, elle a eu le don d’allumer le feu et de rassembler pour le service des jeunes, ce service de l’avenir … Elle n’agissait pas seule. Tout devenait autour d’elle une véritable ruche bourdonnante : ses sœurs, ses nombreux bénévoles,  collaborateurs et collaboratrices de tous âges.

Nous pouvons voir avec fierté en Rita (Lucille),  cette femme forte du Magnificat «qui se tient aux frontières, qui chante et danse dans les espaces verts, la femme des frontières.» (Elsie Gerber)  

Femme des frontières, se tenant dangereusement dans la marge, Rita n’a pas craint la nouveauté … Cependant, dans un écrit personnel (1991), elle affirmera : «Sans la présence de ma Mère Fondatrice, la persévérance dans ma vie religieuse n’aurait pas tenue /…/ cette présence faite d’espérance, de foi et d’amour, est un levier puissant – jamais nous ne devons douter qu’elle n’abandonne ses enfants. Je veux être une Fille persévérante, une fille fidèle à l’Esprit, une fille courageuse … une fille miséricordieuse». Cela fait partie du Testament de S. Rita …

Chère Rita, notre sœur, nous admirons l’immense amour de la VIE qui t’a habitée et qui a livré bataille en toi avec ta vulnérabilité…ta sensibilité… Nous admirons l’enthousiasme et l’énergie avec lesquelles tu as empoigné cette vie à bras le corps pour lui permettre de donner son maximum. Va dans le silence créateur de ton Dieu, qui, en pleine lumière maintenant, fait de toi une parabole vivante de Sa Sagesse !

Aurevoir Rita … nous t’aimons !

Lucille Deschênes  fdls

 ALBUM-PHOTOS

Pour lire ou imprimer l'article, télécharger le fichier PDF

Retour à la page précédente