Un Album Vivant !

Maison Accueil-Sagesse

Un album vivant…

Quelle joie de sillonner ces longs corridors où s’ouvre sous mes yeux, cet album vivant de Sagesse.

Au détour de chaque corridor ou derrière chaque porte close, on me raconte une page de ce grand livre aux nobles histoires. Petits ou grands, simples ou d’envergure, ces pans de vie révèlent un Christ Sagesse aux mille visages.

Ces femmes consacrées à la Sagesse ont foulé des sols aussi arides les uns que les autres de la Papouasie aux Philippines, d’Haïti au Canada. Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, leurs sandales se sont usées, leur corps s’est épuisé mais elles portent le poids de toutes ces années avec fierté.

Leur corps peut être déformé, fragilisé, mais leur cœur bat toujours au rythme de l’Amour Sagesse.

Leurs yeux ont perdu leur acuité mais leur regard est toujours profondément tourné vers l’autre.

Leurs mains crevassées, bouffies ou tremblotantes sont aussi chaleureuses et accueillantes qu’elles l’étaient jadis devant la veuve et l’orphelin, l’handicapée ou l’indigent, l’écolier ou les malades.

Leur visage raconte au creux de chaque ride, tantôt la souffrance ou la tristesse, tantôt la joie et le rire dont les années ont laissé trace.

Leurs cheveux, autrefois voilés, affichent par leur blancheur le nombre des années qu’elles n’hésitent plus à dévoiler.

Elles sont nombreuses celles dont l’esprit a conservé toute sa vigilance, quand d’autres sont prisonnières  dans leur tête envahie d’incohérences.

Leurs pieds ne les portent plus avec autant d’aisance que sur les routes d’autrefoismais ils ne cessent de les entraîner sur des chemins d’abandon et de fidélité.

Le pas de certaines, appesanti et plus chancelant, sécurisé par la marchette ou la canne les conduit quotidiennement à la chapelle ou une merveilleuse rosace cristalline laisse pénétrer la lumière.

Le fauteuil roulant, silencieux, transporte des femmes toujours désireuses de rencontrer l’autre et le Tout Autre.

Leurs épaules affaissées, leur dos courbé, s’inclinent encore pour plusieurs d’entre-elles, devant le Pain de vie et la Coupe du Salut.

Retirées du grand tourbillon de la vie active, ces Filles de la Sagesse vivent chaque instant dans la patience, le renoncement, ou dans la résignation, la morosité  cherchant désespérément Paix et Sérénité.

Au bout d’un long corridor, derrière des portes verrouillées,  plusieurs de ces femmes âgées, malades… sont soignées, entourées, protégées contre elles-mêmes parfois. 

Alitées, recroquevillées en ce lieu aseptisé, leur corps les abandonne doucement, sous leurs draps blancs.

Rassemblées, elles n’en demeurent pas moins seules sur ce dernier bout de route.

Des figures au regard absent, dévoilent la beauté de leur âme tournée vers la Sagesse.

Des lèvres murmurent un cantique ancien, une prière de l’enfance, un Ave…un Pater.

Certaines, emmurées dans leur silence, n’en finissent plus d’espérer le grand départ.

Elles ne réclament qu’une présence, un sourire apaisant, une main caressant leurs doigts.

Qu’il est beau et vivant de Sagesse, cet album de famille, dont je n’ai tourné que quelques pages de ces  Blanche, Imelda, Jeanne, Agathe, Géraldine, Thérèse, Marcelle, Germaine, Gilberte…Hilda…

Elles espèrent l’accomplissement de la Promesse de ce Dieu miséricordieux : Un repos bien mérité en Vie Éternelle!


Thérèse Pelletier-Vincent
Amie de la Sagesse

Souvenir de mon passage à la Maison Accueil Sagesse (N.Dame)
Les 8 et 9 février 2011 avec Sr Lucille Deschênes. 


enregistré sur bande sonore à Relais-Sagesse
le 28 avril 2011 par Emmanuel V.