Méditation pour la fête du Christ, Roi de l’univers

La plus haute statue de Jésus au monde,*

Méditation de la Parole  (Matthieu 25, 31-46)

Comprendre la Parole – A ;  André Beauchamp, pp. 476-480

Voici certainement un des plus beaux textes des évangiles, une véritable fresque. On peut parler ici d’une parabole, en tout cas d’un récit dont les fonctions symboliques et allégoriques sont assez manifestes. Bonnard parle d’une prophétie éthique, ce que le récit est certainement.

Une voie vraiment royale

 Le jugement de Dieu ne porte pas sur la loi, ni sur les choses du culte, ni sur la prière. Il porte exclusivement sur la façon dont chacun s’est comporté à l’égard des autres.

Remarquons d’abord la simplicité des gestes qui sont évoqués : donner à manger, donner à boire, accueillir, habiller, visiter à l’hôpital ou en prison. C’est la simplicité même  /…/

Le reproche du juge est à la fois si radicale et si  simple qu’elle en devient lumineuse. On est à la fois à la source de toute moralité et de tout ce que l’on appelle le bonheur. Le bien, c’est être capable de voir autrui et de se laisser bouleverser par sa présence. Le mal, c’est ne plus voir autrui, c’est se fermer les yeux, s’aveugler, se murer dans ses sécurités et ses dénégations. Pareillement, le bonheur, c’est comprendre que les autres existent et partager leur univers. /…/ Le juge ne fait pas un examen sur la croyance, sur l’orthodoxie. Il juge la pratique réelle. Donner ou non à manger … à boire. Ainsi de suite.

/…/ C’est la commune humanité  qui est le critère «d’une véritable rencontre de l’autre, même à notre insu». Pour Jésus, il y a une dimension divine en chaque être humain./…/

À rabrouer l’être humain (vs le souci écologique par exemple), on ne cultive pas l’espérance /…/ C’est quand il prend sa vraie grandeur et sa dimension divine que l’être humain peut donner le meilleur de lui-même. Chaque fois qu’un être humain est humilié, méprisé, rejeté, c’est l’image de Dieu en lui que l’on bafoue et que l’on salit. C’est pourquoi la lutte pour les droits humains, pour la défense  et la dignité des gens, est si importante. /…/ Nous croyons en un Dieu philanthrope, c’est-à-dire,  dont le visage est tourné vers l’être humain. Et nous croyons en une humanité divinement inspirée et divinement convoquée, dont la vocation est de devenir de plus en plus explicitement image de son Créateur.

On dit souvent beaucoup de mal des jeunes … Ils sont soumis à de fortes séductions de tout genre. Et pourtant, combien d’entre eux militent pour la justice et la vérité …

Ce retour à la base (qui est simplicité) est la trace de leur désir de rester humains, de devenir humains en reconnaissant chez les autres, si démunis, si pauvres, l’égale dignité humaine. /…/

JÉSUS S’EST VOULU LE SERVITEUR DE TOUS.

Le dimanche du Christ, Roi de l’univers, marque la fin de l’année liturgique. Cette royauté n’a rien à faire avec le palais des rois, les hôtels de luxe, les châteaux de la haute bourgeoisie, les paillettes de Las Vegas ou les ors du Vatican. Cela s’appelle donner à manger et à boire. Cela s’appelle devenir une petite sœur ou un petit frère universel et se laisser émouvoir par tous les petits de l’humanité. Et c’est découvrir en eux la présence de Dieu. Une voie vraiment royale. 

Pour  imprimer  le texte, télécharger le fichier PDF

*qui mesure 33 mètres (hommage à l'âge supposé du Christ à sa crucifixion), a été inaugurée à Swiebodzin, à l'ouest de la Pologne.  La statue est de trois mètres plus haute que la statue du Christ rédempteur qui s'élève sur une montagne dominant la baie de Rio de Janeiro.  Photo Agencja Gazeta / Reuters