UN SIGNE NOUS EST DONNÉ

Jocelyne Fallu, Fille de la Sagesse

L’événement est de taille : «… voici que je viens vous annoncer une grande joie pour tout le peuple : aujourd’hui vous est né  un Sauveur dans la ville de David»  ( Luc 2, 11)  En un temps où l’humanité est en quête de leaders politiques crédibles, quelle merveille  d’entendre une telle nouvelle !  Sans doute dirions-nous: «Voilà un SIGNE que Dieu se préoccupe de nous.»

 Mais non, le signe n’est pas là, c’est, pour ainsi dire, trop incroyable.


Le SIGNE, le voici : «… vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire.»  Ouf ! C’est ça le SIGNE ? Autre problème !  Les téléphones intelligents se mettraient sans doute  à sonner pour dénoncer le paradoxe renversant !

Cependant, ne tardons pas à entrer dans la trajectoire que notre Dieu nous ouvre … Car ce n’est pas,  de façon générale, le merveilleux, l’éblouissant, le phénoménal qui est signe de l’action de Dieu parmi nous. Non pas parce que Dieu n’en est pas capable mais parce qu’Il préfère une intervention discrète, simple, baignée de tendresse, de justice et de joie. « Ne craignez pas …» sera-t-il dit aux bergers de la nuit de Noël ! Dieu connaît l’être humain … Pour ne pas l’effrayer, mieux vaut entrer dans la normalité de la vie humaine avec ses aléas.

Donc, le SIGNE donné à notre attente de quatre semaines est ce tout-petit, couché dans une mangeoire,  en marge de la salle commune … 

Et quel sera le SIGNE que nous donnerons de notre accueil à cette proposition plutôt bouleversante  de notre Dieu ?

Ce sera premièrement de CROIRE en la PAROLE qui annonce un Libérateur dans cet Enfant dont les apparences et l’entourage nous déroutent. D’y croire de tout notre cœur comme les nouveaux fiancés croient en la parole qu’ils se donnent mutuellement à l’avance. Dieu n’est-Il pas amoureux de l’être humain ?

Deuxièmement, ce sera d’entrer dans les mœurs de notre Dieu qui n’a pas craint de se «marginaliser» en venant parmi nous. Ainsi il était certain de ne laisser personne de côté ! Les attitudes d’audace, de compassion, de sérénité, d’amour, de notre part, nous permettront à la fois d’accueillir l’Enfant et la libération qu’Il apporte et de donner un signe véridique et éloquent de sa présence active et aimante parmi nous.


 À chacun et chacune de nous,
UN TRÈS HEUREUX NOËL   et  UNE SAINTE ANNÉE 2012 !