Maryvonne Couraud

Sr Maryvonne

Entrevue avec Sr Maryvonne Couraud,
Fille de la Sagesse, française 
par Lucille Deschênes
 

C’est aujourd’hui (24 juin 2006) que l’événement a lieu ! Toute pétillante comme à l’habitude et remplie d’énergie, Soeur Maryvonne Couraud, Fille de la Sagesse, française, vient de s’asseoir dans mon bureau. Elle a accepté de vivre une entrevue avec moi. L’objectif de l’entrevue : partager avec les internautes,  les richesses qui découlent du virage qu’elle a pris dans sa vie ... 

Comment est né pour toi Maryvonne le désir de venir au Canada pour un temps sabbatique ? 

La petite flamme s’est éveillée lors d’une session internationale au contact de deux compagnes Filles de la Sagesse canadiennes, en particulier : Soeurs Claire Roussel et Violaine Gagnon. De plus, une information sur la « Réflexologie» communiquée par  Sr Maria Vom Kreuz  fdls  et, par Sr Claire Roussel, fdls,  sur la formation donnée à « Quatre-Saisons», à St-Élie, Québec, ... a alimenté mon désir.Ce concours d’événements venait confirmer, il faut dire, une aspiration latente depuis quelques années chez-moi : celle de m’ouvrir à d’autres cultures et d’autres mentalités.

Avant de venir ici quelle était ton occupation ? 

J’ai 35 années de profession comme infirmière. Je prends donc un véritable virage dans ma vie. La découverte de la Réflexologie m’a vraiment charmée car il y avait un certain temps que je cherchais dans le domaine de la médecine alternative. Je sentais un appel réel à trouver d’autres moyens pour aider le corps humain à guérir et même à éviter la maladie, autrement que par des traitements médicamenteux quand c’est possible. Il faut dire que je suis naturellement «aidante»; c’est une caractéristique de ma personnalité ! 



Après 10 mois de séjour commences-tu à vérifier la pertinence de ton choix de venir au Canada ? 

Et comment !  Je suis très heureuse ! J’ai fait des découvertes enthousiasmantes dans d’autres disciplines qui sont complémentaires de la réflexologie : Madeleine Turgeon, une femme extraordinaire, Réflexologue, Naturopathe et Conférencière,  m’a énormément apporté  ... De même, Marie-Anne Quenneville, Ursuline.  Une autre femme hors de l’ordinaire. Celle-ci est une érudite, spécialement en psychologie et religion. Elle anime diverses sessions : Journal intime, Focusing, Énnéagramme et Myers Briggs. Elle a fondé l’École de l’Énnéagramme du Québec et l’École du Focusing du Québec. Avec elle j’ai pu approfondir, grâce à l’Énnéagramme et au Myers Briggs, en particulier,  l’interconnection entre le psychique et le physique. À la faveur de mes déplacements, j’ai aussi fait d’autres rencontres fort enrichissantes avec de nombreuses personnes dont des Filles de la Sagesse canadiennes , bien sûr ! Que dire de l’accueil inconditionnel et chaleureux des Filles de la Sagesse de la communauté de Kent à Montréal !  

Tu as fait d’autres découvertes ? Autres aspects culturels qui t’ont frappée ?

Ici la vie circule, la parole circule aussi ... J’ai été touchée par exemple par le geste de cette Soeur qui étant atteinte dans sa santé, écrit à toutes les Soeurs pour demander pardon et solliciter la prière ! Cela m’a beaucoup touchée.  Je sens aussi la fraternité qui unit les trois Congrégations montfortaines ; il existe une belle simplicité dans les rapports. L’entr’aide est spontanée. Le projet du « Réseau-Gabriel» m’a impressionnée ...  Je crois, en passant, que les moyens électroniques, au Canada, à la Sagesse, sont mis à profit pour la VIE !Un autre fait culturel que j’aimerais souligner c’est l’accueil inconditionnel ici. À mon arrivée à Ottawa, le mot BIENVENUE fusait de toutes parts ! Les différences relatives au vocabulaire régional ou aux menus typiques sont vraiment de moindre importance ! Je trouve qu’en général le respect inter personnel est mis en valeur – n’est-ce pas ce qui importe ! 

Que retires-tu de plus riche de ton expérience jusqu’à maintenant ?

Certainement la rencontre de personnes magnifiques, telles Madeleine Turgeon et Marie-Anne Quenneville ; Ismaël ... rencontrée au sessions de Réflexologie, elle a 27 ans et est maman d’un garçon de 5 ans ; Marine, une française installée au Canada, depuis plusieurs années comme Réflexologue ... pour n’en nommer que quelques-unes ! Le quartier Côte-des-Neiges, dans lequel vit la communauté où je suis rattachée, est multiracial ; cela m’a aussi fourni l’occasion de très belles rencontres.A été fort enrichissants pour moi le contact avec les jeunes de l’UQUAM de même que l’expérience de l’écoute active (ce fut une joie de redécouvrir que je me sens encore à l’aise avec les jeunes). J’ai beaucoup appris aussi des formateurs de « l’Arc-en-Ciel » où on nous habilite à l’interprétation de nos rêves. 

Restes-tu sur ta faim à certains points de vue ? 

L’éventail des disciplines que j’ai apprises me suffit. Je  souhaite maintenant assimiler ces contenus pour une meilleure pratique. Cependant je reste ouverte aux nouvelles rencontres qui m’attendent ! 

Et qu’arrive-t-il pour l’an prochain ? 

Suite à ma demande de rester au pays canadien, le Conseil provincial de France m’accorde une nouvelle année  pour suivre une formation à Quatre-Saisons . Ce Centre offre une formation à thème selon les saisons 1) mon histoire 2) mes richesses 3) mon cheminement 4) ma voie d’avenir. Tout cela en tenant compte des dimensions physique, psychologique, sociale et spirituelle auxquels s’ajoute un objectif général à chaque saison. Dans le groupe qui termine cette année, il y avait 7 nationalités et 9 congrégations représentées. 

Es-tu parfois nostalgique de la France ? 

Je n’ai pas de nostalgie de la France mais de ma famille. 

Des projets d’avenir ?

 Pouvoir rendre un meilleur service là où je serai appelée !

Lucille Deschênes