Que les distances s'estompent !

Thérèse, Anne-Marie, Lucille, Louiselle, Madeleine



Il me semble que Marie-Louise Trichet a dû se réjouir ces derniers jours en jetant un regard furtif vers la communauté d’Étienne-Brûlé à Montréal. Voir grandir entre nous, Filles de la Sagesse, la solidarité, la communion, l’esprit de partage, l’attachement à la Sagesse, tout cela n’a-t-il pas toujours fait vibrer son cœur ?

Or, sous le toit de notre communauté, était accueillie, du 24 au 28 juillet 2007, S. Anne-Marie David, Fille de la Sagesse française. Venue au pays pour la réunion préparatoire au congrès international des AmiEs de la Sagesse en 2008, S. Anne-Marie a manifesté le désir de passer d’abord quelques jours avec nous. Était manifeste son grand désir de retrouver un pays où elle a connu il y a une dizaine d’années un bonheur réel en découvrant une nouvelle culture proche de la sienne. En venant dans notre communauté, par ailleurs, ses objectifs, pour qui la connaît, étaient multiples !




Depuis quelque temps déjà, un partage s’est établi entre le Site Sagesse de la France et celui du Canada. Les possibilités d’enrichissement mutuel, les affinités au plan de la spiritualité et de nos racines, la conscientisation d’Anne-Marie concernant les ressources informatiques qui existent ici et concernant aussi notre communion en ce qui concerne le projet des AmiEs de la Sagesse, étaient autant de centres d’intérêt …

Un dernier objectif «supplémentaire» de son passage au Canada : visiter l’infirmerie d’Ottawa pour se renseigner sur l’organisation que nous préconisons au pays pour ce service.
À la fin de cette visite baignée de partage réciproque, d’apprentissage informatique divers, de célébration de la Sagesse consolidant nos liens, toutes nous bénissons la décision d’Anne- Marie de venir passer ces quelques jours avec nous !

Comme nous souhaiterions que les distances entre nos pays s’estompent pour nous permettre de plus fréquents échanges. En attendant ce miracle, que Montfort et Marie-Louise nous accordent de ne pas perdre une seule occasion.