BRÊVES ET ACTUALITÉS

RÉSEAU IFHIM-HAÏTI

« J'ai vu des personnes se redresser...»

Sr Florentine  Soanambininjanahary, Fille de la Sagesse, malgache, complétait, le 29 mai 2017,  trois années de formation à l'Institut de formation humaine intégrale de Montréal. À la fin de ce parcours,  il fut offert aux  finissant-e-s qui le désiraient, de donner leur nom en vue de la création d'une caravane en direction d'Haïti. On se souviendra qu'Haïti avait traversé l'ouragan Matthew en octobre 2016. Or, dans ce pays, éprouvé de multiples façons, il existe un réseau IFHIM-Haïti, formé d'anciennes étudiantes. Ce réseau a fait appel à l'Institut pour que leur soit envoyé de l'aide ... Florentine a choisi de donner son nom pour ce Projet et a été choisie. L'objectif du projet : «COLLABORER À  RESTAURER LES FORCES VITALES HUMAINES «blessées» dans une expérience traumatique». Les lieux choisis étaient : Jérémie et Corail.

Nous laissons maintenant Florentine relater l'évènement ...

La Caravane pour Haïti s'organise

Notre groupe en partance pour Haïti était composé de six étudiants/es, finissant-e-s du programme de formation. Nous étions la 19e caravane organisée ; elle aurait lieu du 31 mai au 14 juin 2017. Nous sommes arrivés à Port-au-Prince, le 31 mai 2017. Nous y rejoignions les membres du réseau d'Haïti et huit anciennes étudiantes de IFHIM. Ensemble, nous avons quitté Port-au-Prince le 31 juin 2017 pour nous rendre dans la région de Jérémie, à deux différents endroits. La première semaine : au centre Diocésain Caritas-TKL avec un groupe de 54 personnes puis, pour la deuxième semaine, à Corail dans une commune rurale, avec un groupe composé de 60 personnes. Les âges se situaient entre 16 et 65 ans.

Petite parenthèse. Qui admirer le plus dans cette expérience : les participants ou les animateurs ? Les deux sans doute ! Mais comment omettre un fait illustrant la reconnaissance, la joie et l'espérance d'un groupe en particulier? En effet, il devaient venir vers nous aller-retour, chaque matin et soir, pour assurer une présence avec nous et en même temps, la sécurité de leurs enfants et de leurs bêtes, le soir. Quels courage et résilience !​

 

Le travail d'équipe à Jérémie et à Corail

En quoi consistait le travail avec les personnes ? Ces personnes avaient vécu une expérience profondément traumatisante, bouleversante. Il s'agissait alors de les aider à en sortir et à restaurer leurs forces vitales ... La joie des animateurs et animatrices fut de constater la richesse de la formation qu'elles /ils avaient reçue et le fait qu'elle soit transmissible.

Lire aussi :  Haïti : Constats hallucinants

Ce que je trouve riche de ce projet, c'est d'avoir pu solidifier mes acquis de formation. En tant que Fille de la Sagesse, je suis allée auprès de personnes délaissées, victimes d'un ouragan. Je suis allée auprès d'eux non pas pour distribuer de l'argent ou des biens matériels mais pour les aider à se remettre debout sur leurs forces, pour  leur faire découvrir leurs richesses personnelles. Après qu'elles eurent raconté leur expérience traumatisante de l'ouragan, exprimé leur foi en leurs énergies, et les gestes qui en ont découlé, avant, pendant et après le séisme ... j'ai vu des visages différents, des visages qui s'illuminaient ; j'ai vu des personnes se redresser. Elles avaient retrouvé la vie en touchant leurs richesses personnelles, leurs valeurs, leur trésor personnel caché ... Je me suis réjouie de leur joie de retrouver la vie. Ces personnes se sont découvertes fortes et dynamiques, prête à sauver la Vie !»  Remplie de la beauté et de la richesse de mon expérience, je peux témoigner !

Tout en solidifiant les acquis de ma formation, l'expérience vécue m'a aussi permis d'approfondir la richesse de l'esprit d'équipe, dans l'aide à apporter à une personne, dans la concertation, dans l'acceptation de la complémentarité de l'autre ... Les fruits de la formation reçue sont palpables ! J'en suis profondément reconnaissante.

 ‘’Nouvelle manière de voir toute la réalité humaine, cette formation est une nouvelle perspective sociale qui a pour vision la transformation de la personne en vue d`une transformation de la société.’’ (Claire Hamel, Magazine de la Personne, volume 7, no. 1 p. 67). En rentrant à Madagascar, «je suis heureuse de l'état où je suis !», prête à m'engager comme intervenante en faveur de la vie ! L'affirmation de Marie-Louise, la bienheureuse co-fondatrice de ma Congrégation, me remplit de joie ! Je suis davantage convaincue que, toujours, la Sagesse vient à ma rencontre ; Elle apparaît avec bienveillance dans ma vie, dans ma personne. Que mes frères et sœurs d'Haïti soient bénis, de même que tous mes professeurs et tous les étudiant-e-s rencontré-e-s à l'IFHIM ! Grande reconnaissance à  ma Congrégation !

Sr Florentine  Soanambininjanahary, fdls

Voir quelques photos ici !

PARTAGE MÉMORABLE ENTRE DEUX CONGRÉGATIONS

Les Petites Filles de Saint-Joseph  -  Les Filles de la Sagesse

Lise Therrien, fdls

L’hospitalité, c’est l’art d’accueillir les autres, de les rendre confortables, et de leur donner le sentiment qu’elles ont un autre chez-soi.  C’est dans cet esprit qu’en ce 19 juin 2017, les Filles de la Sagesse de la Maison Accueil-Sagesse à Ottawa reçoivent avec joie, les «Petites Filles de St-Joseph» pour l’Eucharistie et le repas du midi. Grâce à l'heureuse initiative et disponibilité de Sr Elaine Renaud, fdls, et de deux compagnes-«chauffeurs», Srs Suzanne Chassé et Hélène Laverdure du 3e C, Salaberry, Montréal, trois voitures se dirigent vers Ottawa ! En ce 160e anniversaire de leur fondation, huit Petites Filles de St-Joseph, dont leur Supérieure générale, S. Georgette Labrèche, viennent en pèlerinage sur la tombe de leur Fondatrice, Rose-de-Lima Dauth, au cimetière Notre-Dame à Ottawa.

QUI EST LA FONDATRICE ?    un clic sur la photo pour l'agrandir

À l’origine de toute vocation à la vie consacrée, il y a toujours une expérience forte de Dieu, une expérience qui ne s’oublie pas ! Et cela, personne ne peut ni le calculer, ni le programmerDieu nous surprend toujours ! C’est Lui qui appelle. Tel est bien le cas de Rose-de-Lima Dauth devenue Mère Julie,  fondatrice des Petites Filles de St-Joseph. Cela fait 160 ans. 

Le 26 avril 1857, en la fête du Patronage de saint Joseph, Mlle Rose-de-Lima Dauth et  deux compagnes se donnent au Seigneur et promettent de vouer leur vie entière au soutien des aspirants au sacerdoce et à la sanctification des prêtres.  Mais voilà que peu de temps s'écoule et au grand désarroi de Rose-de-Lima, ses compagnes l’abandonnent ! Elle ne perdit pas courage et sut attendre. Voilà qu'après quelque temps quatre nouvelles recrues la rejoignent. «Mère Julie», comme elle sera désignée plus tard, et ses quatre compagnes, sont considérées comme le noyau fondateur de la Congrégation. Ces femmes vivront pendant un certain fort heureuses et convaincues de leur mission auprès du clergé.  Mère Julie  ne se doutait pas alors du long calvaire qu’elle allait vivre durant de longues années. Seule ! À la suite d'accusations malveillantes à son endroit, toute une série d'épreuves s'en suivront ...

Dès les débuts, Mère Julie avait dirigé la Communauté avec sollicitude et dévouement. Pourtant, «pour calmer les esprits», on lui conseille  de quitter l’Institut qu’elle avait fondé. Après quelques années passées chez les Sœurs Grises, elle sollicite son admission chez les sœurs du Bon Pasteur de la même ville d’Ottawa. Elle demande finalement d'être intégrée à l’humble classe des Madeleines.  Elle décèdera le 25 août 1884 chez les Sœurs du Bon Pasteur et sera inhumée au cimetière Notre-Dame d’Ottawa... Rien n'empêchera cependant qu'elle soit reconnue comme Fondatrice des Petites Filles de Saint Joseph. Voici en abrégé, une histoire pour le moins étonnante ...

Aussi, on peut imaginer avec quelle émotion le groupe des Petites Filles de St-Joseph, a prié et échangé sur la tombe de la Fondatrice ...

Sans doute que Marie-Louise Trichet, bien-aimée cofondatrice des Filles de la Sagesse, et Rose-de-Lima Dauth se sont chuchoté des vœux d'avenir pour leurs chères Congrégations ...

Ce fut très touchant d'entendre de la part de nos invitées, leur joie et reconnaissance d'avoir bénéficié des services nécessaires leur permettant de  vivre cet événement ! Quant à nous, hôtesses et accompagnatrices, avons rarement vécu un événement où la communion était aussi tangible et la joie débordante.

Que Christ Sagesse garde en la mémoire de nos coeurs  le souvenir de ce partage fort enrichissant! 

ALBUM PHOTOS

À LIRE : Congrégation des Petites Filles de Saint-Joseph, Collaboratrices du Clergé

«Entre-deux-Fêtes» rue Lescarbot - Montréal - 2017

Célébrer St Louis-Marie de Montfort et la bienheureuse Marie-Louise Trichet.

Témoignage d’une Amie de la Sagesse 
Leyla Rabbath

« Ôtes tes sandales de tes pieds car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte.» Exode 3,5

À chaque fois que je suis invitée sur la rue Lescarbot, Montréal, chez les Filles de la Sagesse, j’ai l’impression que je marche sur une terre sacrée, une terre sainte! Aujourd'hui, nous sommes invité-e-s pour célébrer St Louis-Marie de Montfort et la bienheureuse Marie-Louise Trichet.

Ce 30 avril 2017, l’invitation a été faite par l’équipe des «Inséparables» qui ont travaillé  fort pour que la rencontre soit une réussite.  Tout a été planifié pour les Ami(e)s des « Liens-Sagesse »* et leurs invités.  L’accueil, le café, les gâteaux, les biscuits et que dire de l’invitée d’honneur, Sr Pierrette Daviau qui a mis le focus sur nulle autre que Marie-Louise Trichet.  Pour une fois, c’est elle qui a pris la vedette sur Montfort !  Incroyable mais vrai !  En une heure, j’ai appris une foule de renseignements, concernant particulièrement la spiritualité de Marie-Louise Trichet.  Ce qui m’a frappée, c’est de l'entendre nous dire : « Il faut laisser parfois le Dieu de la prière pour s’occuper du Dieu des humains! » (Marie- Louise Trichet)

J’ai eu l’occasion de vivre cette parole prophétique de « Marie-Louise » en accompagnant une résidente au CHSLD qui agonisait toute seule dans sa chambre.  Le choix a été dur.  Je voulais vivre le Tridium au Sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs, écouter Sr Marie-Reine Gauthier pour la journée des Filles de la Sagesse.  J’ai tout laissé tomber pour aller au plus urgent…  Jésus lui-même a dit, il y a 2000 ans : « Des pauvres, vous en aurez toujours parmi vous! » Il nous faut donc les voir et nous tourner vers eux, comme nous dit Marie-Louise !

Merci de tout cœur à l’équipe des Inséparables qui ont pris l’initiative de se retrousser les manches et nous faire vivre un bel après-midi avec la 1ière  Fille de la Sagesse, Marie-Louise Trichet.

D’une Amie des « Liens-Sagesse »  Leyla Rabbath

Autre témoignage d’une invitée 

C’est comme une famille. 
Ce sont des gens d’une simplicité et d’une approche chaleureuse.
J’ai appris énormément sur l’histoire de Marie-Louise Trichet. 
Elle a reçu un appel de Dieu. 
Elle avait la vocation dans l’âme. 
Elle a été tenace à suivre l’appel de Dieu pour soigner les malades et les pauvres. 
Elle a donné sa vie à Dieu!
Elle a bravé les hauts et les bas de la vie quotidienne.
Dieu fait partie de notre vie d’aujourd’hui !

Merci à l’équipe des Inséparables,
Lucette Marotte,
une invitée au ressourcement du 30 avril 2017

CLIQUER ICI : Paroles de Marie-Louise offertes en souvenir

UNE PRÉSENCE DE 109 ANS

Une présence de 109 ans - Blind River Ontario

Sr Marie-Andrée Lafleur, fdls

En route vers la Rive Nord du lac Huron, nous ne savions pas l’expérience que nous allions vivre en ces 3 et 4 juin 2017. Ce rassemblement de douze Filles de la Sagesse était pourtant des adieux à une localité où la Congrégation avait donné avec coeur, le meilleur d'elle-même, pendant 109 années !

Le samedi après-midi, neuf Filles de la Sagesse, venues d’Ottawa, de Sudbury,  de Timmins et même de Montréal, ont accompagné les trois compagnes de Blind River, dans une prière d’adieu. Le texte de Friedrich Herr : « Un art de mourir et de vivre », a favorisé en nous, la paix et la joie même. Ce fut aussi l'occasion de relever le souvenir d’une compagne ou l'autre ayant œuvré dans ce milieu.  Chacune a pu témoigner d’un moment significatif vécu à Blind River. Enfin, une litanie nous a permis de reconnaître le « sang neuf » que chaque Sœur avait apporté dans la région.  Le refrain, « Vos gestes nous parlent »,  a rejoint le cœur de chacune de nous.* (en attaché, voir cette célébration)

En soirée, au moment de l’eucharistie, le Père Jean-Paul Jolicoeur, venu de Sudbury pour l’occasion, a grandement félicité la Congrégation pour sa générosité pendant tant d’années…  Non seulement dans cette ville mais dans toutes les paroisses francophones échelonnées sur la route 17 !  Au moment de l’évangile, il nous invita à reconnaître une « autre Présence » de Jésus en la Personne de l’Esprit Saint.  Le chant, dirigé par Sr Bernadette Paquette fdls, et accompagné par Sr Diane Thibodeau fdls, était des plus animé et inspirant. Une ancienne du pensionnat de Sturgeon Falls, Jeannine Théoret, a rendu un bel hommage aux Filles de la Sagesse au nom des paroissiens tandis que Sr Francine Gauthier, au nom du Conseil provincial,  a dégagé le sens de l’adieu qui se vivait.

Le dimanche après-midi, une cinquantaine de personnes ont envahi la petite maison des Sœurs.  Que d’émotions !  Que de souvenirs rappelés ! Tout en partageant un bon goûter,  ces gens sont demeurés un bon moment à revivre un événement en particulier, à se rappeler une Sœur ou l'autre  ayant  marqué leur vie.  Gerbe de fleurs, petit cadeau personnel,  mot de reconnaissance, participation au cahier des signatures : autant de gestes qui ont  témoigné  de leur attachement aux Filles de la Sagesse.

Merci de tout cœur à nos trois compagnes hôtesses de Blind River.  Elles ont su planifier une fête des plus signifiantes!  Elles se sont données à plein!  Ne sont-elles pas les dernières à apporter du « sang neuf » à Blind River ? Merci pour la dignité avec laquelle elles nous ont aidées à faire nos adieux après  109 années de PRÉSENCE SAGESSE !                                                     

TRICOTS « intergénérationnels »

TRICOTS « INTERGÉNÉRATIONNELS »

Rachel Vinette, fdls  et Marie-Claire Pelletier, fdls  
Photos:. Mie-Claire Pelletier, fdls

Pendant les vacances de Noël 2016, j’ai eu le loisir de fureter dans les Archives de notre Site Web Sagesse. Un texte attira mon attention : « Tricoter…Socialiser…Aider » (Archives 2013).  Qu’est-il advenu de cette activité?  Je poursuis ma recherche en entrant en contact avec S. Rachel Vinette, fdls, promotrice du projet.

L'activité existe toujours et a même grandi ! Les objectifs restent les mêmes, les tricoteuses se remplacent à cause de plusieurs facteurs dont l’habilité à manier les aiguilles à tricoter.  Les doigts ne veulent plus suivre la commande de la tricoteuse !  Par contre, le cercle des bénéficiaires s’agrandit et vous en connaissez les raisons. 

Eh bien, oui!  L’itinérance se perpétue. Donc certains tricots se dirigent vers la Fondation Dan Bigras, la Mission Bon accueil et autres…  La plupart des réfugiés ne sont pas vêtus pour l’hiver.  Alors des tricots chauds sont acheminés pour les familles nouvellement arrivées au Canada ou pour des trousseaux des bébés qui naîtront sous peu.

Lieux d'accueil et de distribution :

  • Communauté Fdls Kent, Montréal,
  • la Maison Marie Louise, Ottawa,
  • la Fondation Bon Samaritain  … 

D’autres tricots s’envolent vers le Guatemala en Amérique Centrale.

Deux CHSLD ont tout récemment demandé des couvertures pour couvrir les jambes des personnes âgées qui circulent en chaise roulante. Il ne faut pas oublier le Projet Parrainage soutenant plus de 150 enfants de la zone grise de Montréal.

En mars, pendant la semaine de relâche, j’ai eu le bonheur de voir les vaillantes tricoteuses en action au « Manoir Pointe-aux-Trembles » ainsi qu’à « Relais Sagesse ». 

Les dames qui ne savent pas cet art du tricot ou qui ne peuvent plus l’exercer deviennent des ‘’Mamies rouleuses’. Elles roulent des plus petites balles de laine à partir de la grosse balle.  J’ai constaté aussi l’ingéniosité de certaines mamies : elles utilisent les restants de laine pour faire un motif ou pour séparer deux couleurs.  Rien ne se perd!

Aujourd’hui, la laine coûte cher et le projet ne vend pas les tricots.  Quoi faire?  Une idée devient réalité : solliciter des bénévoles pour vendre des billets dont le montant recueilli servira à acheter de la laine.  Chercher/trouver des personnes qui auraient des objets à donner comme prix en vue d’un éventuel tirage. Où vendre ces billets ? À l’occasion du bingo mensuel au Manoir Pointe-aux-Trembles.

Lecteurs et lectrices, si vous ne savez pas quoi faire de votre laine, vous venez de découvrir un endroit où elle sera très bien utilisée. Vous avertissez Rachel Vinette en passant par le lien suivant : http://sagesse.ca/francais/cms/contact.php

Rachel  vous donnera les informations nécessaires.

Félicitations à l’organisatrice du projet, Sr Rachel Vinette, fdls, et aux dévouées tricoteuses! 
Que le projet continue de se développer !

cliquer sur les photos pour voir plus grand ! 

UN VOYAGE DE LA TÊTE AU COEUR...

Une proposition d'itinéraire...
Hélène Laverdure  fdls

Quel bel événement nous rassemble en ce 25 mars 2017 !  Date choisie pour le lancement d'un nouveau livre : «Donne-moi la Sagesse». L'auteure,  Claire Dumont, fdlS, nous le remet comme une proposition d'itinéraire de la tête au coeur ! La salle Émilie Gamelin au Carrefour Providence, Montréal, offrait l’espace idéal pour le rassemblement. Quelques 85 invités, ami-e-s  de l'auteure, représentant-e-s de différentes  Congrégations, Ami-e-s de la Sagesse  y ont été accueilli-e-s.

Tout : accueil, ambiance, déroulement de l'événement,  voulait favoriser une ouverture à la parole de la Sagesse, quel que soit l’état de vie, la profession, etc.  La proclamation de «l'Annonciation du Seigneur» comme Bonne Nouvelle,  nous rappelle d'entrée, le message central de notre foi: «Dieu nous aime à la folie ! Il veut faire le voyage de la vie avec nous». Avec l'auteure, nous lui disons : «Donne-moi la Sagesse !»

Madame Sophie Brodbeck nous partagea ensuite sa connaissance de Sr Claire ...

Une femme vibrante et inspirante, nous dit-elle.  Une femme de cœur et de convictions, dotée d’une grande écoute pour les plus souffrants. Une femme dont la soif d’apprendre, de vivre, de partager ne peut s’altérer. Une femme qui sait allumer la flamme intérieure et aller jusqu’au bout de ce qu’elle entreprend.

Cette flamme intérieure, Sr Claire a su la communiquer à l’assemblée en présentant sa nouvelle création : «Donne-moi la Sagesse». La sagesse est une capacité de faire des choix, a-t-elle affirmé, de gérer sa propre vie.  Pour cela, il faut découvrir chez soi, des pistes, un chemin de vie qui nous permet de passer de la tête au cœur. Nous entrons ainsi dans un pèlerinage intérieur où nous sommes constamment appelé-e-s à faire le choix de vraies sagesses, telles : la vérité,  le don de soi, la paix, l'amour... La Sagesse divine a d'ailleurs une parole spéciale pour chaque enfant qui naît, elle offre une coloration particulière à chaque vie humaine. La Parole touche le cœur, inspire comment vivre la maladie, la souffrance, toute épreuve de la vie... Ainsi, nous pouvons devenir des personnes plus grandes que nature, debout par la Parole, nous a-t-elle encore confié.

La présentation de ce nouveau volume aura sans doute permis d’ouvrir plus large les avenues  de notre propre aventure humaine. «Aventure de cœur et non de peur selon l’être unique que nous sommes». Sous l'inspiration du jour, il est  possible de croire que se soit  infiltré en chaque personne, un courant de sagesse durable l'entraînant plus loin au pays de son cœur. Merci à tous ceux et celles qui ont favorisé une telle expérience.
Un merci bien spécial à l'auteure, Sr Claire Dumont, fdls!

ALBUM PHOTOS   par  Madeleine Malette

La Maison Marie-Louise : solidarité interculturelle

un texte de Sr Claudette Lapalme, FdlS
Yves Lévesque, bénévole
affiché en 2005

La Maison Marie-Louise est née du désir des Filles de la Sagesse d’établir une solidarité vécue très concrètement auprès de la population francophone de Vanier et plus particulièrement de toute personne désireuse de prendre sa vie en main.

ENSEMBLE, NOUS POUVONS FAIRE LA DIFFÉRENCE »»»
ALBUM-PHOTOS DU 10E ANNIVERSAIRE »»»
À LA DOUCE MÉMOIRE DE...»»»

Toutefois, à l’instar de la riche mosaïque culturelle du Canada qui s’élabore sous nos yeux, la Maison est devenue progressivement une grande famille inter culturelle (rapprochant des ressortissants de plus d’une quinzaine de pays) trouvant son unité dans l’épanouissement des diversités multiples qui la composent.
Car il est toujours possible d’y nouer des affections privilégiées; d’y établir et de bénéficier de relations de don et de partage inconditionnels, d’y développer une sagesse du savoir-être ensemble et pour l’autre.

La Maison, qui compte sur les services de près d’une trentaine de bénévoles (incluant quatre filles de la Sagesse), dispense un large éventail d’activités et de services comprenant :

  1. l’apprentissage de la couture, du tricot et de la peinture, la garde d’enfants;
  2. la conversation anglaise et française;
  3. la collecte, la re-programmation et la distribution d’ordinateurs auprès de familles;
  4. la prestation d’informations sur d’autres services communautaires;
  5. l’apprentissage de rudiments de base en informatique et internet;
  6. le soutien à l’intégration sociale ...

Ces activités relativement continues sont ponctuées d’événements spéciaux :

  • bazar annuel,
  • journée internationale de la femme,
  • fête de Noël et autres fêtes profanes
    ou religieuses et d’anniversaires.

À ce programme s’ajoutent également d’autres activités qui se déroulent en partenariat avec divers organismes communautaires.

Afin de réaliser sa Mission, Maison Marie-Louise poursuit les objectifs suivants...

  1. Accueillir à part entière les personnes, familles et enfants que la vie marginalise et/ou isole.
  2. Faciliter l’accès à l’information et aux ressources disponibles dans la communauté.
  3. Favoriser la croissance des personnes en leur faisant découvrir et partager leurs talents et leurs valeurs.
  4. Planifier les activités en fonction des besoins de la clientèle et des ressources disponibles.
  5. Promouvoir et faciliter l’intégration de ces personnes dans le milieu communautaire.
  6. Offrir un lieu de rencontre afin de briser l’isolement et de développer un sens d’appartenance.
  7. Travailler en collaboration avec les organismes existants. 

    Toutes personnes désireuses de faire un don à l’œuvre
    peuvent le faire en envoyant celui-ci à l’adresse suivante :

    Maison Marie-Louise
    235, rue Ste-Anne
    Ottawa, Ontario
    K1L 7C3

    Un reçu pour fins d’impôts leur sera émis.

Autreas articles: BRÊVES ET ACTUALITÉS
RÉSEAU IFHIM-HAÏTI
PARTAGE MÉMORABLE ENTRE DEUX CONGRÉGATIONS
Maison Accueil Sagesse
Filles de la Sagesse, Ottawa
«Entre-deux-Fêtes» rue Lescarbot - Montréal - 2017
UNE PRÉSENCE DE 109 ANS
À QUATRE SAISONS...
TRICOTS « intergénérationnels »
UNE INITIATIVE QUI VA LOIN
JUBILÉS À LA SAGESSE
Voeux de Sr Linda...
JUBILÉS À LA SAGESSE
Carrefour Providence
Le Blog de la Sagesse
Le Blog de la Sagesse
Les Ami(e)s de la Sagesse
Site des Ami(e)s de la Sagesse
Albums photos
ALBUM 300e MONTFORT
Liens externes
FDLS International
FDLS International FDLS International Développement et Paix
Centre Justice et Foi Église Verte Entraide Missionnaire Conférence Religieuse Canadienne

Newsletter

Navigateurs: Internet Explorer version 10 et +, Firefox et Chrome | Copyright: Filles de la Sagesse Canada 2005-2014
| BRÊVES ET ACTUALITÉS || A VOUS LA PAROLE || BABILLARD || MANIFESTE |
| LEADERSHIP PROVINCIAL || VIE CONSACRÉE || ANIMATION VOCATIONNELLE || NOS FONDATEURS || UN PEU D HISTOIRE |
| PRIER LA SAGESSE || TEXTES DE SAGESSE || FORMATION PERMANENTE || LA SAGESSE APPELLE |
| JPIC || SERVICE INTERNATIONAL || UNANIMA |
| DIAPORAMAS || BIBLIOGRAPHIE || LIENS |