Sagesse Canada Accueil Contact L'Institution du Sacré-Coeur Haïti Toutes les Vidéos Le Blog de la Sagesse Les Filles de la Sagesse du Canada Les Ami(e)s Cartes Express
A VOUS LA PAROLE

ENCORE !


La Presse 20 juillet 2012

«Parce que fusillade, après fusillade, après fusillade, c'est trop. C'est encore et encore trop.»

Ainsi Marie-Claude Lortie, journaliste à Cyperpresse, conclut-elle l’excellente analyse et réflexion qu’elle fait autour des événements de violence qui ne cessent s’accumuler dans nos sociétés soi-disant civilisées.
Nous croyons pertinent d’inviter nos internautes à prendre connaissance des réponses que la journaliste propose à plusieurs questions que nous nous posons, non sans inquiétude …

Encore une douzaine de personnes mortes. Encore des dizaines de blessés, plus que jamais en fait, aux États-Unis.
Encore un tireur seul qui entre dans un lieu public rempli de gens absolument innocents qui ne méritent rien du cauchemar qu'on leur inflige. Encore des centaines de proches affligés. Encore des larmes. Encore des armes à feu.
Encore une tristesse infinie qui nous enveloppe froidement. Encore cette peur qui nous attaque comme un brouillard lancinant, mince mais glacé.

Qu'est-ce qui nous dit que la prochaine fois ce ne sera pas chez moi, à mon cinéma, à mon école, à mon camp de vacances, à mon centre commercial? On n'a même pas encore marqué le premier anniversaire de la tuerie norvégienne et voilà que l'horreur recommence.

Combien de fois encore?

Hier, le président américain Barack Obama a dit qu'on ne comprendrait peut-être jamais pourquoi des humains tiennent à terroriser d'autres humains ainsi. Aussi cruellement. Aussi violemment. Peut-être qu'on ne le pourra effectivement jamais. Mais peut-on se permettre de ne pas essayer?

Pour comprendre, des pistes à explorer

Il y a mille pistes à explorer, étudier, interroger, à soumettre à nos intellectuels et chercheurs, pour essayer de comprendre et prévenir la récurrence de ces horreurs. Et il n'y pas seulement celle du contrôle des armes et du contrôle des accès aux lieux publics, même si ce sont des chemins importants. Je demeure convaincue, profondément, que moins il y a d'armes à feu en circulation, que plus l'achat légal est réservé aux gens sérieux, moins il y a de risques pour la sécurité publique. Je demeure convaincue aussi qu'il faut savoir où sont les armes dans nos sociétés. Ce ne sont pas des objets anodins, certainement pas plus que les voitures.

Autre pistes

Cela dit, parlons d'autres pistes, comme celle de la science, par exemple. Pourquoi certains cerveaux perdent-ils à ce point leurs réflexes moraux? Pourquoi cette incapacité de contrôler des pulsions barbares? Il y a la piste de la sécurité, évidemment. Doit-on commencer à mieux contrôler les accès aux lieux publics? Doit-on fouiller les gens allant au cinéma, au théâtre, dans des foires? Peut-être. C'est le prix à payer pour une société où les fusils sont aussi banalisés. L'Amérique doit faire des choix. Et nous, ici, devons constater que la libéralisation des armes à feu a des conséquences.

Une autre piste: celle de l'aide psychologique, de la surveillance des proches, celle qui englobe tout ce qui pourrait nous aider à identifier les tueurs. Les recherches montrent que souvent ils envoient des signaux d'alarme, annoncent de façon trouble, mais néanmoins réelle, ce qu'ils sont sur le point de commettre. On se rappelle le tueur de Virginia Tech, par exemple, qui faisait peur à son professeur de création littéraire avec des écrits d'une violence terrifiante.

Comment voir ces signes?

Et ce que les recherches montrent aussi, c'est que bien des gens pourraient entendre ces messages de détresse d'assassins en devenir, mais refusent de le faire, situation extrêmement bien illustrée dans le roman et le film Il faut qu'on parle de Kevin. Ce déni omniprésent dans nos sociétés individualistes où on a non seulement banalisé l'indifférence, mais où on l'a rendue moralement correcte, il faut en parler aussi. Parfois, «se mêler des affaires des autres», c'est veiller à la survie de tous.

Peut-être sommes-nous allés trop loin sur le chemin de la représentation de la violence …

Autre piste de réflexion: la violence dans les médias, les films, les jeux vidéo. Je vous entends déjà tous vous énerver, hurler contre la censure, brandir le fameux argument du «il y a des millions de gens qui jouent à des jeux vidéo violents et qui ne sont pas des assassins».

Mais il y a aussi des millions et des millions de gens qui boivent de l'alcool sans tuer personne et cela ne nous empêche pas de réglementer et encadrer sérieusement sa consommation. Peut-on en parler? Peut-être sommes-nous allés trop loin sur le chemin de la représentation de la violence, sans réfléchir suffisamment à son impact.

Et puis arrêtons de nous leurrer, ce n'est pas un hasard si le tueur d'Aurora a choisi la première de Batman et non de Ice Age 4 pour commettre son acte. Il est arrivé dans la salle avec ses armes alors qu'on tirait à l'écran. Certains témoins ont rapporté avoir d'abord été rendus confus par la combinaison de la violence du film avec celle de la réalité, perdant pied sur la frontière entre le réel et la fiction. Certains médias américains ont aussi rapporté hier que le tireur avait les cheveux rouges, teints comme le personnage du Joker dans le premier film de la série.

Évidemment, personne ne veut que les autorités commencent à se mêler de contenu artistique. Mais nous, la société civile, les consommateurs, pouvons-nous commencer à nous poser des questions à cet égard? Parce que fusillade, après fusillade, après fusillade, c'est trop. C'est encore et encore trop. 



Tags :  mort  cauchemar   

fin article (T3) - 878 affichages depuis le 23 Jul 2012

Outils Accueil Contact Haut Imprimer


AUTRES ARTICLES RÉCENTS POUR «A VOUS LA PAROLE»

Communauté paroissiale de Spanish, Ontario

À LA DÉCOUVERTE DE SEPT-ÎLES

Jubilé d'Or de trois femmes remarquables !

JUBILÉS D’OR - HOMÉLIE par Guy St-Onge, s.g., prêtre

60e de L'HÔPITAL MONTFORT

Nos pionnières à l’honneur !

À la douce mémoire de ma très grande amie...

LE PLUS BEAU CADEAU

SOS POUR DE LA LAINE …

Dimanche de la Beauté le 26 janvier 2014

Courte célébration à l’occasion de Noël 2013

PRÉSENTATION DE CÉLINE ST-PIERRE fdls

INVITATION des AMI(E)S de la SAGESSE

Un adieu chaleureux à Soeur Rita...

«Le voile ne fait pas le religieux»

Concernant la Charte des valeurs...

CHOC DE LA SOUFFRANCE : MOTEUR DE CROISSANCE ?

Témoignage de Gisèle Lanthier

Témoignage des Filles de la Sagesse par Sr Bénigna Lord

CANTIQUE PATRIOTIQUE

Profession de Jennifer Cortez

Reconnaissance: 20e anniversaire

La Prairie en Fête: 23 mai 1993

LA JOIE DE RACONTER SON HISTOIRE

Interculturalité au quotidien

Nouveau gouvernement Province de Maria Luisa

SR CARMELLE DUGAS FDLS EN ENTREVUE

Témoignage de Sr Alice Chartrand,
Fille de la Sagesse

Archives (cliquer sur le signe + de l'année dont vous voulez consulter les archives)
 Archives de 2013  : 1 articles
 Archives de 2012  : 30 articles
 Archives de 2011  : 33 articles
 Archives de 2010  : 32 articles
 Archives de 2009  : 19 articles
 Archives de 2008  : 24 articles
 Archives de 2007  : 26 articles
 Archives de 2006  : 18 articles